close

[Video] Hol’Autisme : l’apprentissage par le virtuel pour les enfants autistes

Spécialiste de la transformation digitale, Actimage présentera lors de Virtuality 2018 son projet Hol’Autisme, dédié à l’accompagnement des jeunes autistes avec la réalité mixte. Rencontres & explications avant leur talk avec Thomas Klein (directeur), Sophia de Seguin (responsable du projet Hol’Autisme) et Jérémy Boistiere (chef de projet).

A propos d’Actimage & la réalité mixte

Thomas Klein – Actimage est un groupe spécialisé dans la transformation digitale. Concrètement, nous accompagnons les entreprises dans la conception et le déploiement de projets numériques. Nous sommes organisés autour de 5 pôles : Innovation, Stratégie, Technologie, Cloud et Média. Les projets de réalité virtuelle et réalité mixte requièrent des compétences élargies, notamment en 3D et en développement. Compte tenu des savoir-faire acquis par nos différents départements, il a été naturel pour nous de constituer une équipe transversale dédiée à la VR et la MR.

Nous constatons deux tendances principales pour la MR, plébiscitée par les directions marketing et pour la production industrielle. Dans le premier cas, nous rencontrons des logiques de représentation (produits imposants ou en devenir). Pour l’industrie, il s’agit d’aider à la conception et de répondre à des besoins de formation. Par exemple, dans le secteur immobilier, nous permettons aux futurs acquéreurs de se projeter dans un lieu donné. Nous développons des applications pour les secteurs de l’aéronautique, l’automobile, les secteurs culturels.

Virtuality - Actimage - Hol'Autisme

Jérémy Boistiere – Chez Actimage, nous faisons un important effort en recherche et développement pour proposer des évolutions innovantes. Il nous paraît nécessaire de réaliser des tests en interne, de créer des prototypes. Cela permet de proposer des concepts à nos clients par la suite. Nous sommes partenaires Microsoft, ce qui nous a donné la possibilité d’avoir accès à HoloLens plusieurs mois en avance, pour mieux développer notre expertise. Nous nous adaptons aux besoins de nos partenaires, en leur proposant la technologie la plus pertinente.

Thomas Klein – Nous restons en observation vis-à-vis des évolutions technologiques, ne souhaitant pas nous limiter à un seul matériel, un seul hardware. Aujourd’hui la technologie permet beaucoup de choses, et dans les usages de la réalité mixte, nous notons que c’est la créativité qui importe. En ce sens, Actimage a une responsabilité d’informer ses partenaires, de les éduquer notamment via des sessions de formation (l’Actimage Academy) proposées pour l’instant en interne, mais dès la fin du premier trimestre 2018 à nos partenaires.

Hol’Autisme : pour les enfants, les familles & le monde médical

Thomas Klein – Actimage accompagne le secteur de la santé depuis longtemps, il a donc été assez logique de lancer Hol’Autisme. Nous avons pour objectif, en dialogue avec les spécialistes des troubles du spectre autistique, de favoriser l’acquisition des compétences et capacités d’apprentissage pour les enfants par le nouveau vecteur de la réalité mixte. Dans les IME et centres d’accueils, de nombreuses applications sont proposées, notamment sur tablette. Notre expertise reste sur le volet digital :  nous voulons proposer une expérience cohérente et efficace. Le second objectif est de recueillir les données utiles à destination des médecins et familles, afin de suivre les progrès des jeunes autistes.

Un tel dispositif demande un investissement sur le long terme pour obtenir les agréments nécessaires. 2018 pour nous sera focalisé sur la preuve et démonstration de la capacité d’apprentissage via l’outil Hololens. Nous allons travailler avec deux groupes, l’un témoin et l’autre utilisant des lunettes de réalité mixte. La conclusion de cette étape sera de voir l’adoption et le progrès par les enfants et les adolescents sur la durée.

Sophia de Seguin – L’enjeu principal, à ce stade, est de coordonner les acteurs du projet pour développer une « preuve de concept ». Cette POC nous permettra de statuer sur la faisabilité d’Hol’Autisme. Elle sera en outre un argument pour convaincre les financeurs et investisseurs, sans oublier les autres partenaires de la santé et de la recherche.  Nous sommes déjà plutôt chanceux : pour la POC, un chercheur en neurosciences spécialiste des troubles de la cognition sociale, l’hôpital Saint-Jacques de Dieuze et le service pédopsychiatrique d’un grand hôpital parisien nous accompagnent. Côté Actimage, une équipe composée de profils complémentaires est mobilisée : développeurs Unity, designers, ingénieurs en embarqué, R&D et dispositifs médicaux.  D’ici la fin du premier semestre 2018, il s’agit d’avoir conçu, développé et expérimenté une V1 du dispositif.

Les recommandations de la Haute Autorité de Santé vont dans le sens d’une approche personnalisée et d’un usage des nouvelles technologies, en complément des interventions « traditionnelles ». Les jeunes autistes présentent une sensibilité exacerbée à leur environnement et se trouvent parfois, dans le cas d’interactions humaines, submergés par leurs émotions. Recourir à des interactions hommes-machines peut être bénéfique. Hol’Autisme est un projet de recherche et développement, avec des verrous scientifiques à lever. Chez Actimage, nous pensons que les compétences acquises avec Hol’Autisme seront transférables dans le réel, au-delà du référentiel du jeu. Hololens, à la différence de l’AR et de la VR, a pour particularité de maintenir le lien avec le réel, tout donnant la possibilité d’interagir avec l’environnement virtuel. L’objectif, à terme, est d’améliorer l’inclusion sociale, familiale, scolaire et pré-professionnelle des jeunes autistes.

Sophia de Seguin – Hol’Autisme est un dispositif complet. Pour ce produit éducatif et médical, nous visons un marquage CE. Nous développons des scénarii sociaux et des environnements en MR. Plusieurs domaines sont explorés : l’acquisition de l’autonomie et le développement des compétences fonctionnelles comme la communication, le contrôle et la conscience de soi, de son corps (mouvements dans l’espace), le « self control » face aux stimuli environnementaux, l’apprentissage des codes sociaux. L’autisme présente une grande diversité clinique : nous tenons compte de cette hétérogénéité dans notre cahier des charges. Nous construisons des scénarios sociaux modulables, répondant si possible aux centres d’intérêt des jeunes autistes. Hol’Autisme utilise un prototype de lunettes de MR avec des capteurs embarqués. Ces capteurs apportent des informations en temps réel et permettent de suivre la progression des apprenants.

Jérémy Boistiere – Pour chacun de nos clients, dans le secteur médical ou autre, notre démarche va dans le sens d’une présentation régulière des technologies utilisées et de leur potentiel. Nous travaillons ensemble à définir ce que cela peut leur apporter selon le domaine visé. Pour Hol’Autisme, nous devons vraiment penser à l’utilisateur final, en l’occurrence un enfant, un adolescent ou un adulte atteint de trouble du spectre autistique. Il s’agit de réfléchir à l’expérience vécue, et un public plus sensible aux visuels et effets utilisés. Le game design de ce serious game doit être appréhendé différemment ; cela sollicite nos équipes à penser différemment. Les équipes médicales nous accompagnent sur ce point, pour que le projet soit conçu au mieux et convienne aux patients, mais aussi aux familles et aux professionnels qui vont l’utiliser.

Virtuality - Actimage - Hol'Autisme

Sophia de Seguin – Hol’Autisme est un projet technologique innovant, encadré par des protocoles médicaux. Les équipes médicales vont définir les conditions d’admission à l’utilisation du dispositif et une méthodologie, en tenant compte des contraintes actuelles du hardware. Nous visons pour le moment une population jeune : avec un potentiel élevé en ce qui concerne l’acquisition de nouvelles habilités sociales. Il y aurait évidemment des usages intéressants d’Hol’Autisme pour les adultes, de haut niveau notamment, qui rencontrent des difficultés au quotidien faute de connaître les codes sociaux, et d’avoir eu la possibilité de se préparer à certaines situations. Nous savons également qu’HoloLens est amené à évoluer, à se parfaire – vers de l’IA, plus de fluidité, un champ de vision élargi, etc. Pour ces raisons, nous restons agiles, ouverts aux évolutions technologiques et nouveaux cas d’usage.

Retrouvez le talk de Sophia de Seguin & Thomas Klein le 8 février à 10h30
pour en savoir plus sur Hol’Autisme !

En savoir plus

Le siteFacebookTwitterLinkedInVimeo

Tags : Actimage
Mathieu Gayet

The author Mathieu Gayet

VIRTUALITY's Blog Editor-In-Chief Explorer in #Storytelling #Transmedia & #VR - #Socialmedia w/ @agenceRED5 ❘ University speaker ❘ #Cinema addict

Leave a Response