close

[Rencontre] Retour sur VR Arles Festival 2017

Les évènements dédiés aux mondes immersifs et à la réalité virtuelle se développent en France, principalement à Paris ou aux côtés de rencontres culturelles déjà existantes. Si le festival de Cannes propose un rendez-vous pour les professionnels, c’est aux Rencontres Photographiques d’Arles que le grand public pouvait découvrir pendant plusieurs semaines une sélection de projets internationaux. Retour sur l’édition 2017 de VR Arles avec l’équipe du festival.

VR Arles Festival, c’est quoi ?

Cette année se déroulait la deuxième édition du VR Arles Festival, festival artistique autour de la VR lancé en 2016. A l’origine, il ne se déroulait que sur 1 semaine, avec une récompense attribuée au meilleur film. Le festival a évolué en 2017 avec deux mois de présentation au public, anticipant sur la frustration d’un évènement trop court. 20 films étaient en compétition cette année, en partenariat avec les Rencontres de la Photographie et BNP Paribas. L’idée principale est de proposer un vrai rendez-vous artistique, et non pas de simples démonstrations techniques.

Night Fall @ VR Arles Festival

Comment organiser un festival sur 2 mois ?

Nous avons bénéficié de partenariats avec Intel et HTC pour le matériel, sur la durée. Nous étions équipés en casques Oculus, HTC Vive et Samsung Gear VR, car cela dépendait des films sélectionnés. Nous avons été les premiers étonnés de ne pas avoir sur la durée de soucis côté technique, avec très peu de bugs. Nous avons anticipé la gestion des 2 salles de présentation (une pour les projets interactifs, une pour les autres films), avec 3 personnes continuellement sur place. Pour comparer avec d’autres lieux culturels, elles étaient nos « ouvreuses » pour accueillir et gérer le public, avec un vrai travail de médiation culturelle qui va de la présentation des projets à l’installation des spectateurs.

VR Arles faisait partie à part entière des Rencontres Photographiques. Beaucoup de visiteurs venant pour la photographie ont ainsi découverts la réalité virtuelle, et cela a participé à la valorisation de VR Arles qui a permis à de nombreux passionnés de découvrir les univers immersifs.

Dear Angelica @ VR Arles Festival

Quels ont été les retours du public ?

Le public pouvait répondre à un questionnaire de satisfaction à la sortie. De façon étonnante une bonne partie du public avait plus de 50 / 60 ans, et qui a adoré. Loin d’un rejet de la technologie, le public de plus de 60 ans était très curieux, et pour certains sont revenus. La curiosité également a été un moteur important, avec des gens venant découvrir la réalité virtuelle. Nous avons même eu un cas particulier, avec une jeune femme qui est descendu de Paris sur 1 journée, pour voir la majorité des projets. Pour les premières fois, il y a un peu d’appréhensions pour certaines personnes (surtout lié aux expériences de 3D au cinéma). Au global le bilan est très positif.

Côté chiffres, nous avons démarrés très forts avec 7000 visiteurs dès la première semaine, puis sur l’été nous comptions 400 à 500 personnes par jour (et un gros regain en août), pour une vingtaine de postes de visionnage.

Quels étaient les principes de sélection des projets ?

L’idée principale était réellement de proposer une sélection artistique, sans jeux vidéo ni films techniquement pointus mais sans efforts de narration. La qualité a été au centre de notre travail, aussi bien dans l’histoire que dans les visuels. Néanmoins certains projets étaient interactifs, pour que le public découvre cela aussi. Par exemple, nous avons eu ASTEROIDS d’Eric Darnell, car c’est un film d’animation à part entière mais en proposant l’utilisation de manettes et un aperçu de ce que l’on peut faire en réalité virtuelle. Il y avait également SENS VR de Charles Ayats et Marc-Antoine Mathieu, proche de la BD et du jeu vidéo mais c’est une expérience artistique particulière. Et enfin un 3e projet interactif, LE PHOTOGRAPHE INCONNU de Loïc Suty, une déambulation muséale autour de photographies, avec une manette pour se diriger dans ce documentaire.

Le Photographe Inconnu @ VR Arles Festival

On cherche également à proposer des projets qui sortent des sentiers battus de la VR. Nous avions 3 sections : création artistique, fiction et documentaire. Dans la première, il y avait plusieurs types de films différents : une captation de ballet, PLANETE ∞ d’Arte, DREAMS OF O de Felix & Paul au coeur d’un spectacle du Cirque du Soleil, et une plongée au coeur  d’une oeuvre de Huang Yong Ping avec EMPIRES 360. Dans les années à venir, nous pourrions même accueillir des installations plus ambitieuses : c’était déjà une envie cette année, mais cela n’a pas pu se faire.

VR Arles Festival : le bilan ?

Après deux mois de présentation, le bilan est clairement positif. Nous sommes motivés pour proposer une 3e édition avec encore plus d’installations innovantes et d’idées pour promouvoir la réalité virtuelle, les projets de qualité. Il existe encore peu d’évènements qui soutiennent la création VR, et c’est important de continuer dans ce sens. Le public y répond en tout cas extrêmement bien.

Le jury du festival, présidé par Michel Hazanavicius, a décerné le prix du meilleur Film à MIYUBI du Studio canadien Felix & Paul.

VR Arles Festival sera de retour en 2018 ! 

Mathieu Gayet

The author Mathieu Gayet

VIRTUALITY's Blog Editor-In-Chief Explorer in #Storytelling #Transmedia & #VR - #Socialmedia w/ @agenceRED5 ❘ University speaker ❘ #Cinema addict

Leave a Response